La valeur d’un bitcoin

Le Bitcoin est donc une monnaie facile à utiliser et presque gratuite à échanger, infalsifiable, dont la rareté est garantie et dont le nombre total est connu à l’avance. Mais malgré cela, certaines personnes sont étonnées de constater que cette monnaie électronique puisse avoir de la valeur.

bitcoin-valeur

C’est vrai, après tout : les Bitcoins sont créés à partir de rien et ne reposent sur aucune valeur de référence.

Pourtant, nous venons de démontrer qu’elle avait toutes les qualités d’une bonne monnaie et qu’elle était utilisée comme telle. Le Bitcoin conservera de la valeur tant que des utilisateurs lui trouveront une utilité. En effet, ce sont les utilisateurs qui lui confèrent sa valeur. Tant que des acheteurs sont prêts à payer une certaine somme pour en acquérir, le Bitcoin aura un prix.

À l’heure où ces lignes sont écrites, la masse monétaire de tous les Bitcoins existants vaut 10 milliards de dollars. Cette capitalisation n’est pas négligeable même si, en termes de monnaie papier uniquement, il y a actuellement 1 000 milliards de dollars et près de 900 milliards d’euros en circulation.

Le Bitcoin a de la valeur, car c’est une bonne monnaie. Elle permet d’échanger et de stocker de la valeur et c’est pour cela qu’elle est utilisée.

Pourquoi le Bitcoin ?

Un supplément de liberté
Nous l’avons dit, le Bitcoin est issu d’une volonté libertaire. Les échanges monétaires ont permis à l’humanité de se développer, notamment au travers du commerce. Mais la monnaie, cette invention universelle, a toujours été soumise au joug des états, pas toujours bienveillants, et des banques, forcément mercantiles.

Une monnaie indépendante
Mais serait-il possible de créer une monnaie indépendante ? Une monnaie dont les règles seraient connues par tous ? Une monnaie qui ne servirait pas à assouvir des objectifs de quelques privilégiés ? Une monnaie dont l’utilisation ne serait pas soumise au péage des banques ?

Ces dernières années, on a vu l’émergence de monnaies locales. Émises au niveau d’une région, elles sont censées faciliter les échanges entre artisans, producteurs et consommateurs. Même si ces initiatives présentent des avantages, ces monnaies restent sous le contrôle des organismes qui les émettent. Qu’un de ces organismes décide d’émettre de grandes quantités de monnaie ou de fermer boutique et les utilisateurs se retrouvent avec du papier sans valeur entre les mains.

Grâce à son caractère décentralisé, le Bitcoin s’abstrait pratiquement de toute influence humaine. Maintenant que le logiciel est distribué à des centaines de milliers d’utilisateurs dans le monde et que son fonctionnement est connu de tous, personne n’a réellement la main sur son évolution. En distribuant la responsabilité de son fonctionnement à ses utilisateurs, l’inventeur du Bitcoin a créé la première monnaie qui ne nécessite pas l’existence d’une banque centrale ou d’une nation pour exister !

Bien entendu, le Bitcoin est en devenir. Les développeurs bénévoles qui se chargent d’améliorer le logiciel libre à la base du réseau ont bien une influence. Mais personne ne décide unilatéralement des changements à apporter au Bitcoin. Ces développeurs n’ont qu’un pouvoir de proposition. Ils publient à intervalles réguliers de nouvelles versions du logiciel qui à chaque fois entrainent des améliorations et des changements. Mais c’est le réseau dans son ensemble qui décide de la mise en oeuvre de ces changements en adoptant, ou pas, ces nouvelles versions.

Tant que la majorité du réseau n’aura pas mis à jour son logiciel, les changements apportés au Bitcoin ne seront pas mis en œuvre. En cela, le fonctionnement de la cryptomonnaie est démocratique et indépendant. Vous pouvez d’ailleurs vous aussi consulter le code source du projet Bitcoin, et même contribuer à son développement ici : https://github.com/bitcoin/bitcoin.

Une monnaie pseudo-anonyme
Comme nous l’avons déjà évoqué, le Bitcoin repose sur un principe de pseudo-anonymat :

  • Il n’est pas nécessaire, pour créer un portefeuille Bitcoin, de donner son identité.
  • Chaque transaction n’est pas signée du nom de l’émetteur.
  • Mais toutes les transactions sont consultables publiquement.

Cette liberté peut faciliter certains abus, par exemple dans le cadre d’évasion fiscale ou d’achat de stupéfiants, mais les citoyens respectueux des lois peuvent aussi souhaiter bénéficier de plus de confidentialité. Qui a décrété que les banques, les sociétés de cartes bancaires ou même les organismes publics devaient tout savoir de nos dépenses ?

Un faible coût d’utilisation
La gratuité des transactions (Les transactions en Bitcoin sont gratuites dans 99 % des cas) est également un des gros avantages du Bitcoin. Pourquoi payer des frais de transaction et des frais de tenue de compte ? En libérant les échanges monétaires de cette contrainte, on rend l’économie plus efficace en redonnant plus de marge à ceux qui participent vraiment à l’économie.

En mémoire de Spot