Comment acheter une voiture à l’étranger

Acheter une voiture à l’étranger comporte parfois des avantages non négligeables, en fonction du modèle que l’on vise et du prix que l’on souhaite y mettre. Néanmoins, l’acquisition d’un véhicule hors de nos frontières implique de nombreuses démarches à ne pas négliger, au risque de perdre du temps et de l’argent dans le processus d’achat.

livraison-voiture

Acheter une voiture à l’étranger est aujourd’hui relativement simple, l’ouverture des frontières dans l’Union européenne ayant facilité la circulation des biens et des marchandises.

Cependant, les constructeurs doivent ajuster leurs prix par rapport au niveau de vie de chaque pays, ce qui peut permettre l’acquisition d’un véhicule à coût moindre et donc avantager les potentiels acheteurs.

Démarches à suivre pour acheter une voiture à l’étranger

Tout d’abord, au lieu de partir à l’aventure tête baissée pour trouver votre véhicule, l’idéal est déjà de chercher votre voiture en France.

En effet, il est inutile de perdre votre temps à acheter votre véhicule à l’étranger si cela ne vous rapporte rien, économiquement.

Alors, appelez les concessionnaires ou les revendeurs qui proposent les types de véhicules que vous convoitez et, on ne sait jamais, essayez de négocier des baisses de prix.

Par la suite, après comparaison avec ce qui se fait sur le territoire, passez à la recherche internationale.

Même si les prix paraissent moins élevés, n’oubliez pas que certains frais risquent de s’ajouter à votre facture finale, comme les frais de transport si vous allez vous-même chercher le véhicule à l’étranger.

À ce propos, il faut savoir que si vous ne souhaitez pas acheter votre véhicule seul, ce qui vous obligerait à vous occuper d’une part des recherches et d’autre part des démarches administratives, vous avez la possibilité de passer par un mandataire, lequel se chargera de tout à votre place, mais vous prendra une commission pour son travail.

Dans tous les cas, vous aurez à trouver, au préalable, les informations sur les véhicules vendus à l’étranger et les adresses des concessionnaires ou revendeurs.

Pour éviter toute escroquerie, optez pour des pays francophones ou pour ceux dont vous maîtrisez un minimum la langue.

Recherches sur Internet

Votre première source d’informations pour trouver un véhicule à l’étranger reste Internet.

En effet, quoi de plus simple que de vous connecter sur le site de la marque qui vous intéresse, dans le pays qui vous intéresse.

En tapant dans un moteur de recherche le nom de cette marque, ainsi que le nom du pays dans lequel vous souhaitez l’acheter, vous ne devriez pas avoir de difficulté à le trouver.

Un petit conseil : pensez à consulter des pages autres que les pages Web francophones.

Et notez qu’à l’image de ce que vous pouvez trouver sur les sites français, des promotions ou bonnes occasions peuvent être proposées sur ces pages internationales. Alors, n’hésitez pas à chercher.

Vous trouverez sans doute des annuaires locaux, ce qui est plutôt utile quand on ne sait pas où s’adresser.

Obtenir un devis

Il est très important de demander un devis, de préférence par écrit.

En effet, les options proposées sur un véhicule peuvent être très différentes selon les pays. Alors attention à ce qui est proposé, c’est parfois ce qui explique la différence de prix.

Très important : pensez à comparer les tarifs hors taxes. Le véhicule étant vendu pour l’export, vous ne paierez pas la TVA dans son pays d’origine, mais en France, soit 20 %.

Rappelez-vous du fait qu’elle varie en fonction du pays.

Prenez ensuite contact par e-mail ou par téléphone avec le vendeur et demandez que l’on vous fasse parvenir un document incluant les options et équipements de la voiture.

N’hésitez pas à exiger que figurent dessus tous les frais comme le prix de la préparation du véhicule ou de son immatriculation à l’étranger, ainsi que les délais de livraison.

Il est indispensable de vous faire remettre un certificat de conformité communautaire.

En effet, sans ce document, vous ne pourrez pas immatriculer votre véhicule.

Mais rassurez-vous, la plupart des véhicules sont livrés avec ce document s’ils sont d’un type reconnu en Europe.

Il est aussi important de savoir si la carte grise que l’on vous remettra sera provisoire ou définitive, car en cas de carte grise définitive, votre véhicule sera considéré comme une deuxième main par la suite en France.

À propos d’immatriculation, si vous souhaitez acquérir un véhicule fonctionnant au GPL, renseignez-vous bien sur cette possibilité, car la législation française se montre très prudente avec ce type de carburant. Le mieux est donc même d’éviter si possible le GPL.

Récupération du véhicule

Vous devrez avoir en tête plusieurs choses avant de partir chercher votre voiture, sous peine de vous retrouver confronté à des difficultés d’ordre administratif :

  • Pensez à prendre une assurance pour pouvoir ramener le véhicule sans souci. Là encore, des coups de fil s’avèreront nécessaires en fonction du pays dans lequel vous l’achetez. Certains États exigent que l’assurance soit prise localement pour laisser partir le véhicule.
  • Réglez au préalable les histoires d’argent avec le vendeur (paiement en espèces, par chèque, par virement…). Il vaut mieux que tout soit au point sur ce plan le jour où vous irez chercher la voiture.
  • Le vendeur, lui, devra vous remettre :
  • Le certificat d’immatriculation du véhicule.
  • Le certificat de conformité communautaire.
  • Le carnet de garantie tamponné par le concessionnaire de la marque, ce tampon étant indispensable pour pouvoir bénéficier de la garantie en France.
  • La notice du véhicule.

Une facture du concessionnaire si le véhicule est en plaque provisoire, ou le certificat de vente s’il a été immatriculé de manière définitive à l’étranger.

Obtention de la carte grise en France

Afin d’obtenir votre carte grise, il faut, dans les quinze jours qui suivent la vente du véhicule, vous acquitter de la TVA en France de 20 %.

Cela vaut pour tous les véhicules de moins de six mois ayant parcouru moins de 6 000 kilomètres.

Si la voiture que vous visez est une occasion, choisissez plutôt un véhicule n’entrant pas dans ces critères.

Quoi qu’il en soit, vous devrez présenter au centre des impôts de votre domicile la facture d’achat et/ou le certificat d’immatriculation étranger.

Vous obtiendrez alors un quitus fiscal qui vous permettra de faire immatriculer votre véhicule auprès la préfecture de votre domicile.

Il vous faudra aussi présenter la demande de certificat d’immatriculation, le certificat d’immatriculation du véhicule à l’étranger, le certificat de conformité communautaire, le quitus fiscal délivré par les services des impôts, un justificatif de propriété du véhicule, un justificatif d’identité et le contrôle technique français pour les véhicules de plus de quatre ans.

Si vous ne possédez pas de certificat de conformité communautaire, vous devrez obtenir une attestation d’identification, soit auprès du constructeur, soit auprès de la direction régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement.

À retenir

Toutes ces démarches paraissent parfois compliquées à retenir, alors voici un petit mémo, histoire de vous rappeler des choses importantes :

  • Recherchez sur Internet pour obtenir le meilleur prix, en restant attentif aux options comprises sur le véhicule.
  • Obtenez un devis précis, incluant tous les frais éventuels.
  • Veillez à avoir tous les documents nécessaires et assurez le véhicule avant d’aller le réceptionner. Vérifiez aussi que votre moyen de paiement sera accepté par le vendeur.
  • Acquittez-vous de la TVA auprès de votre centre des impôts pour les véhicules de moins de six mois ayant parcouru moins de 6 000 kilomètres.
  • Enfin, rendez-vous à la préfecture de votre domicile et faites immatriculer votre véhicule.
Publicités

En mémoire de Spot