Comment combattre l’eczéma ?

Également appelée dermatite atopique, cette inflammation non contagieuse de la peau s’accompagne de rougeurs, de fines vésicules, de squames et de démangeaisons. Heureusement, prévention et guérison restent envisageables.

illustration-eczema

Publicités

Parmi toutes les maladies de la peau, l’eczéma est la plus fréquente. Elle motive jusqu’à 30 % des consultations en dermatologie. Dans les pays industrialisés, elle atteindrait de 15 à 30 % des enfants et de 2 à 10 % des adultes.

Selon de récentes estimations, les cas d’eczéma auraient doublé et peut-être même triplé depuis les 30 dernières années. Pourquoi ? Le mécanisme n’est pas encore bien compris. Il toucherait à la fois le système immunitaire et les cellules de la peau qui agissent comme barrière pour les allergènes.

Ce désordre de nature génétique réagirait aussi à des facteurs environnementaux tels que la présence d’irritants chimiques ou le stress qui influenceraient son apparition.

Si l’on ne peut pas totalement prévenir les risques, on peut toutefois les atténuer et traiter l’eczéma en lui-même.

Terrains sensibles ?

L’eczéma peut commencer très tôt dans la vie, et même toucher les nourrissons.

Les personnes atteintes connaissent des périodes communément appelées « poussées d’eczéma », durant lesquelles les symptômes s’aggravent. Ces dernières, de durée variable, s’entrecoupent de périodes de rémission. L’eczéma est souvent associé à l’asthme ou à diverses réactions allergiques.

Pour expliquer son incidence croissante, diverses hypothèses ont été avancées.

Par exemple, on soupçonne que la modification des habitudes alimentaires du nourrisson engendrée par la fin de l’allaitement et l’exposition précoce aux allergènes alimentaires joueraient un rôle dans l’apparition de cette maladie en bas âge. En effet, il semble que l’allaitement exclusif du nourrisson durant les 3 premiers mois protège en partie contre la dermatite atopique.

Par contre, il n’y aurait pas de lien entre l’introduction précoce des aliments solides et l’apparition de l’eczéma chez les jeunes enfants.

Certaines personnes sont dites à risques :

  • Les personnes ayant un proche parent ou souffrant elles-mêmes d’allergies (asthme allergique, rhinite allergique, allergies alimentaires, certaines urticaires) sont plus susceptibles de souffrir d’eczéma atopique.
  • Celles ou ceux qui vivent dans un climat sec ou dans une zone urbaine sont plus prédisposés à d’être atteintes d’eczéma.
  • Il y a aussi une tendance héréditaire pour l’eczéma séborrhéique.

Manifestations caractéristiques

  • Zones de peau rouge et boursouflée.
  • Présence de petites bulles pleines de liquide transparent.
  • Démangeaison intense.
  • Si l’eczéma est chronique, on trouve aussi des zones de peau épaissie, à la pigmentation anormale (plus foncée ou plus pâle que la peau normale, selon la région atteinte).
  • Chez le jeune enfant, l’eczéma a tendance à atteindre les joues, les coudes et les genoux.
  • Chez l’adulte, il a plutôt tendance à se retrouver au pli du coude, derrière les genoux, sur la nuque, dans les paumes et entre les doigts.

Eczéma atopique ou dermite atopique

C’est la forme la plus courante d’eczéma chronique. Elle apparaît surtout chez les enfants génétiquement prédisposés aux allergies.

L’eczéma atopique est associé dans le tiers des cas à des allergies alimentaires.

Chez les enfants en bas âge, il s’agit, dans 90 % des cas, du lait, des œufs, des arachides, du soja, du blé ou du poisson.

Toutefois, dans les deux tiers des cas, on ne connaît pas le facteur déclencheur précis et le fait d’enlever les aliments mentionnés n’améliore pas l’eczéma de l’enfant.

L’eczéma atopique de l’enfant a tendance à apparaître vers 18 mois. Il disparaît avant l’âge de 4 ans dans 70 % des cas, et avant l’adolescence dans 90 % des cas.

Eczéma de contact

  • Eczéma allergique ou allergie de contact : il peut être provoqué par le contact avec des métaux (nickel, cobalt, chrome), des plantes (primevère, tulipe, laurier), le latex, des produits de beauté, des teintures capillaires… Lorsqu’une substance à laquelle on est allergique touche la peau, il apparaît (après 48 à 72 heures) une réaction anormale de l’appareil immunitaire, appelée « hypersensibilité retardée ». Les cellules de l’appareil immunitaire « attaquent » la substance pour en débarrasser le corps, mais malheureusement c’est la peau qui en fait les frais…
  • Eczéma irritatif : pas du tout allergique, il se produit si on a trop souvent les mains dans l’eau, par exemple. Après des contacts prolongés et répétés avec un produit nettoyant ou irritant quelconque, la peau finit par présenter une réaction inflammatoire. L’exposition fréquente au froid peut avoir le même effet. Ce type d’eczéma peut prendre des semaines avant d’apparaître.

Quand faut-il consulter ?

Rapidement…

  • En cas de forte fièvre et de mauvais état général.
  • Eczéma généralisé.
  • Symptômes ne répondant pas aux conseils pratiques : le médecin peut alors prescrire des médicaments plus puissants contre l’eczéma lui-même, contre la démangeaison.
  • Infection de l’eczéma : zone plus rouge, plus gonflée, suintement de pus ou formation de croûtes purulentes.

Dans les semaines à venir…

  • Eczéma nouveau ou eczéma chronique, qui affecte votre qualité de vie.
  • Dans certains cas, votre médecin ou un allergologue pourront déterminer la cause précise d’un eczéma atopique, ce qui permettrait d’éviter l’allergène.
  • Pour obtenir le meilleur traitement à long terme de votre eczéma.
  • Pour traiter un eczéma de contact aigu.

Prévenir plutôt que guérir

  • Évitez les tissus synthétiques et la laine, favorisez le lin et le coton.
  • Excluez les produits parfumés.
  • Fuyez la chaleur parce que la transpiration irrite la peau et favorise l’eczéma.
  • Portez des vêtements amples.
  • Mettez des gants l’hiver.
  • Hydratez la peau à l’année, n’attendez pas qu’elle soit sèche.
  • Utilisez un hydratant riche, sans alcool et sans parfum.
  • Prenez des douches (les bains déshydratent la peau), dont l’eau sera la moins chaude possible, avec le moins de savon possible.
  • Nettoyez tous les vêtements neufs avant de les porter.
  • Mettez le moins de savon possible dans l’eau de lavage, et lavez une deuxième fois sans savon, afin de mieux rincer les vêtements.

Chez les enfants et familles à risques

  • Allaitez votre bébé le plus longtemps possible.
  • Retardez l’introduction dans l’alimentation des aliments le plus souvent associés à l’eczéma atopique : lait, œufs, arachides, soja, blé et poisson.
  • Adoptez les mesures préventives du paragraphe précédent pour diminuer l’irritation de la peau du bébé.

Pour prévenir l’eczéma de contact

  • Ne portez que des bijoux en or ou argent pur.
  • Cousez une pièce de tissu à l’endos du gros bouton de métal de la fermeture des jeans.
  • Utilisez des gants lorsque vous manipulez des produits irritants.
  • Adoptez les mesures préventives contre l’assèchement et l’irritation de la peau.

Facteurs de risque

  • Les irritations provoquées par un contact avec la peau (la laine et les fibres synthétiques, les savons et détergents, les parfums, les cosmétiques, le sable, la fumée de cigarette…).
  • Les allergènes provenant des aliments, des plantes, des animaux ou de l’air.
  • La chaleur humide.
  • Le fait de mouiller et sécher la peau fréquemment.
  • Les facteurs émotionnels, comme l’anxiété, les conflits relationnels et le stress. Les experts reconnaissent en effet la très grande importance des facteurs émotionnels et psychologiques dans l’exacerbation d’une multitude de maladies de la peau, incluant l’eczéma.
  • Des infections de la peau, particulièrement celles à champignons.

Au quotidien

  • Lavez les mains, brossez les ongles, coupez-les courts afin d’éviter les lésions de grattage et l’infection par des bactéries.
  • En cas d’eczéma chronique, appliquez des émollients pour la peau immédiatement après la douche.
Publicités

En mémoire de Spot