Comment demander une augmentation de salaire

Si votre rémunération n’a pas évolué depuis des années, peut-être est-il temps de demander une augmentation de salaire. Loin d’être chose facile, cette démarche demande un minimum de réflexion et de préparation. Vous trouverez ci-dessous quelques conseils pour négocier au mieux cette évolution de carrière et obtenir une meilleure rémunération.

illustration-augmentation-salaire

Préalablement à la demande d’augmentation de salaire

Il est important que vous fassiez le point sur les tâches effectuées (qui logiquement ont dû augmenter avec l’ancienneté dans l’entreprise) et les compétences acquises. Un bilan complet de vos compétences sera un atout de taille pour la future négociation.

Relisez éventuellement votre contrat de travail pour comparer les responsabilités initiales avec celles que vous assumez aujourd’hui. Essayez de faire le tour des collègues ayant vos qualifications pour connaître leur salaire.

Comment faire un bilan de son travail ?

Pour commencer, il est certain que vous devez arriver bien préparé. Il est très important de faire un bilan global de votre travail. Depuis combien de temps travaillez-vous à cet endroit ? Quelles sont vos tâches et responsabilités ? Quelles sont vos aptitudes ? Qu’avez-vous apporté à l’entreprise ?

Vous devez noter tous vos points forts. Les heures supplémentaires, vos initiatives, vos réussites et plus encore. Tout doit être pris en considération.

À l’arrivée devant votre patron, il s’agit d’être prêt à toutes les éventualités. Attendez-vous à négocier. Vous n’aurez peut-être pas ce que vous voulez, mais peut-être que votre chef sera ouvert à la discussion.

Donc avant même de vous présenter, pensez aux ententes possibles que vous êtes prêt à accepter. Vous n’obtiendrez peut-être pas cette augmentation voulue, mais en attendant, on vous accordera peut-être des vacances ou des horaires plus flexibles. Des avantages en nature peuvent être également très intéressants.

À quel moment faire la demande ?

L’entretien annuel est souvent considéré comme le moment idéal. Petite ombre au tableau : vous ne serez probablement pas seul à faire ce type de demande.

Ces entretiens ont généralement lieu en fin ou en début d’année. En dehors de cette période, votre requête sera peut-être mieux considérée (étant plus atypique) et l’augmentation peut s’en trouver plus facilement acceptée, voire plus élevée.

Un changement de poste ou l’attribution de nouvelles responsabilités peuvent également être matière à négociation salariale. Vous pourrez ainsi mieux justifier votre augmentation en listant vos nouvelles contributions.

À qui faire la demande ?

À l’inverse de ce que l’on peut croire, il ne faut pas aller directement négocier avec le service des ressources humaines. Adressez-vous directement à votre supérieur hiérarchique.

Même s’il n’est pas à même de prendre la décision finale, aucune augmentation ne se fera sans son accord. C’est la personne la mieux placée pour juger votre travail et donc pour vous évaluer.

Comment commencer l’entretien ?

Quand vous vous présentez à votre employeur ou à votre supérieur hiérarchique, il est important de ne pas commencer directement à parler du salaire.

Commencez plutôt par parler de votre poste, de vos compétences et de tous les points positifs qui entourent vos réalisations quotidiennes.

Soyez clair, précis et montrez-vous sûr de vous, sans toutefois être agressif. N’imposez rien, ne faites valoir que votre point de vue.

En général, on peut espérer une augmentation comprise en 5 et 15 %. Lors de la négociation, ce n’est pas le montant dont on discute. On peut donner une fourchette chiffrée de nos attentes, mais pas un montant fixe.

Certaines entreprises ont des enveloppes préétablies. Il s’agit d’une somme générale à répartir entre les augmentations accordées aux employés. C’est lors de l’entretien annuel que les décisions de répartition sont prises.

En cas de refus

Trouver un accord : il ne faut pas oublier que votre employeur n’est peut-être pas en situation propice pour vous augmenter. Auquel cas, il vous avancera des arguments qu’il faudra savoir écouter, au même titre que lui a écouté votre requête.

Évitez de trouver des réponses à ses arguments. Cela vous emmènerait sur un terrain défensif qui risquerait de mener à un rapport de force.

En revanche, vous pouvez lui faire comprendre que vous entendez ce qu’il vous dit, et que vous attendez la même chose de sa part.

Avancez alors votre liste de contributions. Soit votre patron ne change pas d’avis, et ne vous octroie rien de plus que ce que vous avez déjà, soit il vous dédommage par des avantages tels des remboursements de frais, des tickets restaurants ou des jours de congé supplémentaires, des avantages en nature…

À éviter

Voici 3 pièges dans lesquels vous ne devez pas tomber au moment d’effectuer votre demande d’augmentation :

  • Menacer ou faire du chantage : ça n’a jamais mené à l’augmentation et vous risqueriez de perdre définitivement la confiance de votre supérieur.
  • Comparer votre salaire à celui de vos collègues : cela peut être tentant, mais cette stratégie est également vouée à l’échec. Évitez de parler des autres, la négociation se fait entre vous et l’entreprise, concentrez-vous donc là-dessus.
  • Être prétentieux : dire, « je veux une augmentation de 200 euros ». Cela risque de braquer votre interlocuteur.

Bien entendu, vous devez attendre d’avoir un minimum d’ancienneté avant d’envisager de demander une augmentation : faites vos preuves pendant au moins 1 an avant toute demande.

Publicités

En mémoire de Spot