Compte joint ou comptes bancaires séparés ?

Dans la gestion quotidienne des finances de votre couple, plusieurs choix s’offrent à vous, notamment celui d’opter pour un compte joint ou des comptes séparés. Chaque option a ses avantages et ses inconvénients selon les situations.

Vivre à deux implique certaines adaptations, notamment lorsqu’il est question de la gestion du budget. Et inévitablement, une question s’impose : est-il préférable d’avoir chacun son compte ou faire compte commun ?

On peut débattre à l’infini de cette question, d’autant que les partisans des comptes joints et les défenseurs des comptes séparés présentent chacun de bons arguments.

illustration-compte-joint

Et la réponse à cette question dépend bien souvent :

  • De votre rapport à l’argent et à la consommation.
  • Du niveau respectif de vos ressources : gagnez-vous à peu près autant l’un que l’autre ou, au contraire, vos ressources sont-elles nettement déséquilibrées ?
  • De votre mode de vie (égalitaire ou non, avec enfants ou sans).
  • De votre régime matrimonial si vous êtes mariés. Si vous êtes en communauté, juridiquement tous vos revenus (y compris d’ailleurs ceux de vos biens propres) appartiennent à la communauté, cela peut avoir du sens de faire coïncider cette règle avec la gestion de vos comptes. Inversement, si vous êtes en régime de séparation de biens, un compte joint peut compliquer les choses.

N’oubliez pas qu’en cas de décès de votre conjoint, ses comptes propres seront bloqués jusqu’au règlement de sa succession.

Parfois, la gestion de l’argent (et celle des comptes qui lui est étroitement liée) peut être source de frictions au sein du couple, voire un élément conduisant à la séparation.

D’autres fois, ces questions ne sont pas conflictuelles tant que le couple se porte bien, mais deviennent symboliquement le nœud de la discorde lorsque le couple se défait.

Le décès du conjoint peut également être source de blocage, en particulier en cas de comptes séparés lorsque décède celui des deux dont le compte était le plus alimenté.

Le compte joint

C’est un compte au nom de deux titulaires. Le plus souvent utilisé par des couples mariés, il n’est pourtant pas obligatoire d’avoir un lien d’alliance ou de parenté pour en ouvrir un. Il est alimenté par les titulaires, comme ils le désirent. Le plus souvent, en proportion du salaire ou à parts égales.

Il peut être ouvert à Monsieur « ou » Madame (Monsieur « ou » Monsieur, Madame « ou » Madame) ce qui signifie que la signature de l’un des deux titulaires suffit pour toute opération sur le compte.

Dans ce cas, les deux titulaires du compte acceptent que chacun dispose de moyens de paiement à son nom (chéquier, carte) et puisse faire des opérations sans avoir l’accord de son partenaire.

Ce qui a le mérite de la souplesse, mais peut aussi se révéler dangereux : n’importe lequel des titulaires peut opérer des retraits (voire vider le compte) ou demander un crédit à la consommation sans en informer son conjoint.

Il peut aussi être ouvert à Monsieur « et » Madame. Dans ce cas, les deux signatures sont nécessaires pour effectuer des opérations.

Les deux titulaires acceptent que chaque opération (crédit ou débit) doive être validée par chacun d’entre eux. Si c’est la solution la plus sécurisée, c’est aussi la plus contraignante. C’est pourquoi certains couples accompagnent ce compte joint qui prend en charge les dépenses du ménage, de comptes séparés pour les dépenses personnelles.

Avantages

Chacun participe aux dépenses, peut avoir une information globale sur les disponibilités du couple et peut intervenir pour régulariser le compte. Il permet également un gain de temps en réglant facilement toutes les dépenses communes. En cas de décès de l’un des cotitulaires, le compte peut continuer à fonctionner normalement.

Inconvénients

Ce type de compte oblige chacun à rendre compte de ses dépenses. Il peut donner lieu à des dérives si l’un des deux est très dépensier. Il est donc indispensable de bien établir son budget et de savoir le gérer.

À savoir

Le compte joint fonctionne sur un principe de solidarité entre les cotitulaires du compte. Ils s’engagent à être responsables de la totalité des dettes, c’est la solidarité passive.

Chacun peut utiliser les fonds disponibles sur le compte joint ou dénoncer celui-ci (il doit en faire la demande auprès de sa banque).

En cas de solde négatif du compte joint, chacun des cotitulaires est considéré comme débiteur.

La dénonciation du compte joint par un des cotitulaires a un effet immédiat et la banque est tenue d’en avertir les autres cotitulaires.

L’interdiction bancaire, le cas échéant, s’applique à chacun des cotitulaires et à chacun de leurs comptes personnels. Il est toutefois possible de désigner au préalable de l’ouverture du compte joint, grâce à la convention de celui-ci, le cotitulaire responsable en cas d’incident de paiement ou de chèque impayé. L’interdiction bancaire, s’il y a lieu, s’applique alors au compte joint et au(x) seul(s) compte(s) du cotitulaire responsable.

Néanmoins, le compte joint peut faciliter le recours au crédit immobilier, mais aussi l’accès à certains placements (actions, obligations, OPCVM) et à certains produits d’épargne.

Fermer un compte joint

  • D’un commun accord : la désolidarisation. Cette situation apparaît lorsque le couple entame une procédure de séparation, cela met fin au fonctionnement du compte et entraîne sa fermeture.
  • En cas de désaccord : la dénonciation. Cela entraîne aussi la fermeture du compte, mais tant que celle-ci n’est pas effective, la signature des deux titulaires est nécessaire pour effectuer des opérations. Depuis 2005, la clôture d’un compte est gratuite. La signature des deux titulaires est toujours nécessaire.

Le compte séparé

Chaque conjoint possède son propre compte courant.

Avantages

Il permet d’adapter les dépenses de chacun en fonction de ses revenus, de garder ses dépenses personnelles et de ne pas subir les dettes de son conjoint.

Inconvénients

Cette solution nécessite de faire régulièrement ses comptes, car les dépenses peuvent varier d’un mois à l’autre et entraîner des déséquilibres. Et attention lorsque l’un des deux fait toutes les courses sans avoir autant de ressources que l’autre.

À savoir

En cas de comptes séparés, la procuration est un moyen de permettre à son conjoint d’intervenir sur son compte, de façon générale ou limitée. La procuration peut cesser à tout moment et immédiatement en cas de décès du titulaire du compte.

Que choisir ?

Vous pouvez donc posséder un compte joint pour les dépenses communes ainsi que des comptes séparés pour les dépenses personnelles. Il est aussi possible de ne détenir que des comptes séparés, avec ou sans procuration.

Dans tous les cas, ce n’est pas une décision irréversible, un compte séparé pouvant devenir un compte joint, et inversement.

Publicités

En mémoire de Spot