Détecteur de fumée : Comment s’équiper ?

Tous les logements doivent être équipés d’un appareil déclenchant une alarme à la moindre apparition de fumée d’incendie. Cet article fait le point sur ce qu’il convient de savoir sur les détecteurs de fumée.

Les détecteurs ont pour rôle de déceler la fumée émise dès le début d’un incendie et d’émettre aussitôt une sonnerie stridente (85 dB). Dans les pays où ils ont été rendus obligatoires, ils ont permis de réduire de 60 % le nombre de victimes. Si la loi impose d’installer un seul détecteur par logement, il est recommandé d’en poser un par étage au minimum (palier, couloir) voire un par pièce. Évitez le garage, la cuisine et la salle de bains, qui génèrent des fumées ou des vapeurs pouvant déclencher des alarmes intempestives. Les détecteurs doivent être fixés au plafond, au centre de la pièce, et nettoyés régulièrement.

installation-detecteur-de-fumee

C’est le propriétaire du logement, qu’il soit bailleur ou occupant, qui doit installer le  détecteur. Le locataire doit le nettoyer et remplacer les piles, si nécessaire. Propriétaire et locataire doivent signaler l’installation à leur assureur et peuvent même négocier une remise sur la prime d’assurance incendie si le détecteur est conforme à la réglementation. Ces appareils doivent en effet correspondre à la norme européenne EN 14604. Il est recommandé d’installer des détecteurs qui portent en plus la marque NF. Aujourd’hui, la majorité des détecteurs de fumée fonctionne avec des piles dont la durée de vie est de cinq ans (dix ans pour celles au lithium). La pile étant souvent scellée, les modèles doivent être remplacés quand la pile ne fonctionne plus.

Les détecteurs les plus simples pour les petits logements

Fonctions : ils sont suffisants pour les logements inférieurs à 80 m2, certains disposent d’options, comme la fonction silence, qui permet de désactiver le détecteur pendant une dizaine de minutes en cas de déclenchement intempestif, ou bien une télécommande qui peut se révéler pratique pour les personnes âgées ou handicapées.

Budget : compter de 10 à 30 €, en fonction du type de piles utilisées. Les moins chers fonctionnent avec des piles alcalines, qui doivent être changées régulièrement, et les plus chers utilisent des piles au lithium, avec une autonomie allant jusqu’à dix ans.

Les modèles interconnectables pour des maisons à plusieurs étages

Fonctions : aux fonctions des détecteurs de base s’ajoute la possibilité d’en connecter plusieurs entre eux; ils se déclencheront ensemble, en cas d’émanation de fumées. Selon les modèles, l’interconnexion se fait avec des fils électriques ou par ondes radio. Cette option peut avoir un intérêt dans de grands logements comportant plusieurs étages ou des pièces indépendantes. Certains de ces détecteurs fonctionnent sur secteur, avec une pile de secours.

Budget : compter le double des détecteurs de base, soit entre 30 et 60 €, en fonction de la technologie utilisée.

Les appareils connectés à une alarme pour une protection maximale

Fonctions : compatibles avec certains systèmes d’alarme anti-intrusion, ces détecteurs relaient le signal incendie à une centrale qui peut déclencher la sirène extérieure et prévenir directement les propriétaires sur leur smartphone. Mieux vaut alors privilégier l’achat d’une centrale chez un spécialiste de l’alarme pour la maison proposant des produits répondant aux normes et à la réglementation en vigueur.

Budget : de 50 à plus de 100 €, en fonction des options proposées.

En mémoire de Spot