Ce que n’est n’est pas une migraine

Toute céphalée n’est pas migraine. Cette dernière ne représente en effet que 15 % des maux de tête chroniques.
Si l’hypothèse d’une tumeur cérébrale inquiète toujours ceux et celles qui souffrent, son pourcentage est infime (moins de 1 %) et ne justifie pas la gabegie d’examens complémentaires, notamment le scanner, à laquelle se livrent certains thérapeutes, plus pressés de « faire parler » la machine malgré son coût que d’écouter et d’examiner le patient.

illustration-pas-migraine

Trois questions sont pourtant bien souvent suffisantes pour donner la solution d’une céphalée :

  1. Depuis quand ?
  2. Où ?
  3. Comment ?

Maux de tête

La migraine se caractérise par des accès répétitifs de maux de tête violents et pulsatifs qui le plus souvent s’accompagne d’autres symptômes : nausée, vomissements, hypersensibilité à la lumière… La migraine peut être avec  ou sans aura. La migraine sans aura représente les trois quarts des crises migraine. L’aura est un phénomène qui se manifeste avant une crise de migraine. Il s’agit de signes précurseurs, notamment des troubles visuels, des troubles de la sensibilité, des troubles de la parole…

Il s’agit de troubles neurologiques transitoires qui durent en général moins d’une heure. Il ne faut pas les confondre avec une crise d’épilepsie ni avec un accident vasculaire cérébral (AVC).

Publicités

En mémoire de Spot