Rouler au GPL : Bon plan ou galère ?

En France, environ 200 000 automobilistes roulent au GPL (gaz de pétrole liquéfié), le moins cher des carburants aujourd’hui disponibles en France. Pour autant, il connaît un succès mitigé. Entre avantages et inconvénients, ce que vous devez savoir pour rouler, ou non, dans un véhicule au GPL.

Si vous souhaitez acquérir un véhicule au GPL, deux possibilités s’offrent à vous : soit vous l’achetez directement à un constructeur automobile, soit vous faites adapter le véhicule que vous possédez delà par un professionnel.

pompe

Les avantages du GPL

L’huile de moteur conserve ses propriétés plus longtemps grâce à la combustion propre du GPL. L’indice d’octane supérieur du GPL permet un fonctionnement plus doux, évitant les vibrations. En comparaison des véhicules essence et diesel, les réservoirs de carburant GPL sont 20 fois plus résistants au percement. Enfin, il n’y a pas d’écoulement de GPL sur les parties chaudes du moteur, puisqu’il est à l’état gazeux. Les avantages du GPL se déclinent sur d’autres plans encore.

Des bienfaits économiques : le GPL est le moins cher des carburants aujourd’hui disponibles en France. Son prix moyen se situe entre 0,70 et 1 euro. Le prix du GPL présente également l’avantage de sa relative stabilité. En 201, 135 régions offraient l’exonération à 100 % du prix de la carte grise aux automobilistes roulant au GPL (Aquitaine, Auvergne. Basse-Normandie, Bourgogne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Franche-Comté, Île-de-France, Limousin, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais. Pays de la Loire) et 7 régions prenaient en charge la moitié de son prix. En plus de ces dispositions, les professionnels utilisant du GPL ont la possibilité de récupérer la TVA.

Des bienfaits en ternies de sécurité : Les véhicules GPL sont équipés de nombreux dispositifs de sécurité qui contrôlent le circuit d’alimentation :

  • À l’entrée du réservoir avec un clapet antiretour.
  • Sur le réservoir avec une soupape de surpression.
  • Dans le réservoir, grâce au limiteur de remplissage qui empêche de remplir le réservoir à plus de 80 % du volume en liquide.
  • À la sortie du réservoir, une électrovanne coupe automatiquement le circuit d’alimentation GPL lorsque le moteur est arrêté.

Des bienfaits écologiques : les émissions de CO2 d’un véhicule GPL sont plus faibles que celles des deux carburants les plus utilisés : inférieures de 16 % à un moteur essence et de 11 % à une motorisation diesel. La combustion du GPL carburant est complète, elle ne produit donc pas de particules. En outre, le GPL est l’un des carburants qui émet le moins d’oxydes d’azote (96 % de moins qu’une motorisation diesel et 68 % de moins qu’une essence).

Les inconvénients du GPL

Les contreparties financières dépendent des constructeurs, ce qui peut fortement nuancer le bénéfice de se procurer une voiture roulant au GPL. Il faut savoir que le tarif d’un véhicule GPL est légèrement plus onéreux qu’un véhicule classique.

Les assurances : des réductions de cotisations de 10 à 30 % peuvent être appliquées, mais renseignez-vous auprès de votre assureur, car les conditions sont variables selon les prestataires.

Les garanties : les modalités et l’étendue de la garantie constructeur diffèrent selon les constructeurs. Certains ne garantissent pas les pièces ajoutées ou modifiées et l’automobiliste perd sa garantie moteur. C’est pourquoi les installateurs GPL vous proposent certainement de souscrire une assurance complémentaire.

La revente du véhicule : lorsque vous voulez revendre votre véhicule GPL, insistez sur la réalisation d’économies à la pompe, la diminution des frais de carte grise et les bienfaits environnementaux. Pour estimer la valeur de votre véhicule, sachez qu’il existe un argus officiel des voitures au GPL. Enfin, le nombre de sites Internet spécialisés dans la vente de véhicules à énergie alternative (neufs ou d’occasion) est en plein essor.

Comment rouler au GPL ?

Opter pour un véhicule GPL nécessite plusieurs démarches :

La procédure d’homologation d’un véhicule GPL

Une fois équipé au GPL par un professionnel compétent, tout véhicule doit être présenté sans délai à la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement). Mandaté par le propriétaire du véhicule, l’installateur GPL peut assurer cette mission, ce qui est recommandé par le CFBP (Comité Français du Butane et du Propane). D’ailleurs, il a l’obligation légale de constituer le dossier d’homologation du véhicule qu’il a équipé. Ce dernier étant réceptionné par la DREAL, le certificat d’immatriculation doit être modifié en préfecture. Dans la case énergie, les lettres ES (essence) sont remplacées par E/G (Essence/(Gaz) si le véhicule est en bicarburation ou GP s’il est en monocarburation. Les véhicules dits de 1re monte, équipés d’origine par le constructeur, n’ont pas besoin d’être présentés à la DREAL. Leur certificat d’immatriculation est GPL (mention E/G) dès l’origine.

L’entretien et contrôle technique

Parallèlement aux révisions préconisées par le constructeur (en moyenne 1 fois par an ou tous les 15 000 à 20 000 km), une vérification de l’installation GPL doit être effectuée. Cette opération simple pour un spécialiste consiste en un contrôle des réglages par analyse des émissions à l’échappement et du nettoyage des filtres du vapo-détendeur et de ses accessoires.

Un soin particulier doit être apporté aux bougies d’allumage qui sont à remplacer en moyenne tous les 25 000 km, même si elles n’apparaissent pas encrassées après contrôle visuel (GPL = pas de calamine). Le contrôle technique doit être effectué dans l’un des centres de contrôle technique agréés répartis sur l’ensemble du territoire. L’UTAC (Union technique de l’automobile du motocycle et du cycle) est l’organisme national qui gère tous les centres de contrôles techniques de véhicules en France. Sur son site, il suffit de saisir l’identification d’un département dans le moteur de recherche pour connaître la localisation d’un centre.

Disponibilité et autonomie

  • 1 station-service sur 7 distribue du GPL. La distance séparant 2 stations GPL excède rarement une soixantaine de kilomètres, ce qui permet de faire le plein aisément.
  • La capacité du réservoir GPL est souvent légèrement inférieure à celle du réservoir à essence. Mais puisque le véhicule est à bicarburation (essence + GPL), l’autonomie du véhicule est plus grande. La contenance moyenne d’un réservoir GPL permet de parcourir entre 400 à 600 km.
  • L’approvisionnement en GPL n’est pas compliqué à l’étranger, même si les orifices d’emplissage des véhicules et les pistolets sont différents selon les pays, car des adaptateurs existent sur le marché.

Faire le plein, mode d’emploi

Faire le plein de GPL répond à un mode opératoire légèrement différent de celui des carburants classiques. Un pistolet GPL s’enclenche dans la trappe à carburant et se maintient tout seul. Pour remplir le réservoir, vous devez appuyer sur un bouton placé sur la pompe, comme pour le gonflage des pneus. Dans les stations-service, les pompes GPL sont installées à part, ce qui permet d’éviter les files d’attente.

Publicités

En mémoire de Spot