Tout savoir sur le rachat de crédits

De plus en plus de Français font appel au rachat de crédits pour s’en sortir. Si cette forme de restructuration de la dette a ses avantages, il convient de bien la connaître pour éviter quelques pièges.

illustration-rachat-credits

En quoi consiste le rachat de crédits ?

Développé en France depuis une vingtaine d’années, le rachat de crédits, encore appelé prêt de restructuration, est une opération de « recyclage de crédit ». H vous propose de racheter et de regrouper tous vos crédits, souscrits auprès d’un ou de plusieurs établissements financiers, en un seul. Celui-ci tient alors compte de tous les soldes restant à amortir de vos anciens emprunts ainsi que des frais éventuels pour remboursement anticipé qui peuvent s’y adjoindre. Ce nouveau prêt peut en outre vous offrir la possibilité de rembourser vos dettes sur une plus longue période, permettant ainsi de réduire les nouvelles mensualités de 30 à 50 %. Sachez qu’il n’existe pas un type unique de rachat de crédits. Les clauses de ces prêts peuvent en effet varier, et leur nature différer selon les cas : selon l’emprunteur et, évidemment, selon les établissements qui les proposent. Outre la durée du prêt, le taux d’intérêt et la charge mensuelle de remboursement, certains contrats peuvent être assortis d’une hypothèque.

Quel intérêt présente le rachat de crédits ?

Longtemps resté discret en France, le rachat de crédits semble être en train de se démocratiser. Il peut en effet présenter un certain nombre d’intérêts et d’avantages pour celui qui le souscrit. En premier lieu, en allégeant chaque mois la part du budget de chaque ménage consacré au remboursement de ses dettes, il peut être un bon moyen d’éviter dans certains cas le surendettement. Ainsi, pour de nombreux foyers parfois brutalement étranglés par le poids des dettes, cette forme de prêt est une opportunité. En allégeant tous les mois le poids du crédit, le prêt de restructuration, à condition qu’il soit pris à temps, peut ainsi permettre d’échapper à la spirale infernale du surendettement. Ce même allègement peut, dans d’autres cas, augmenter le pouvoir d’achat. Cette nouvelle pratique de crédit peut permettre de dégager des moyens financiers afin de réaliser un projet personnel : épargner, investir, capitaliser pour la retraite sans trop se priver, ou tout simplement se faire plaisir. Enfin, en se substituant à l’ensemble des dettes, le prêt de restructuration représente également une simplification des démarches et une gestion facilitée pour le budget : avec un seul prêt et un seul prélèvement, il n’y a plus qu’un seul interlocuteur.

À qui s’adresser ?

Le rachat de crédits est proposé par tout établissement financier, qu’il s’agisse de sociétés de crédits ou de banques. Vous avez donc généralement la possibilité de souscrire directement, auprès d’elles. En parallèle de ce système, vous pouvez encore vous adresser à des sociétés de courtiers ou IOB (intermédiaires en opérations de banque), spécialement mandatées auprès de différents établissements de crédits et chargées de trouver l’offre et l’emprunteur qui correspond au mieux à votre situation parmi leurs partenaires. Par rapport au conseiller, l’intermédiaire en opérations de banque est en général plus apte et plus habilité à vous guider dans ce domaine, du fait de sa spécialisation et de son expérience. L’intermédiaire se doit d’étudier le plus exhaustivement votre cas, en rédiger une synthèse, servir de passerelle entre vous et le ou les établissements par lesquels il est mandaté, et négocier pour vous les conditions qui vous sont les plus favorables. Aujourd’hui, d’ailleurs, les banques et les sociétés de crédits font de plus en plus appel, pour leurs offres, à leurs propres IOB. Sachez que ceux-ci, d’après l’article 341-1 du Code monétaire et financier, ne sont pas autorisés à vous demander de payer quelque somme que ce soit pour traiter votre demande et votre dossier, même si au bout du compte vous décidiez de n’y donner aucune suite. Les sociétés de rachat de crédits (sociétés de crédits, banques ou IOB) sont par ailleurs très largement présentes sur Internet et vous proposent, par l’intermédiaire de leurs très nombreux sites, aussi bien de calculer votre endettement que de transmettre une demande de simulation à un expert ou de joindre un conseille par téléphone.

Qui peut en bénéficier ?

L’expert prend en compte tout type de considération pour savoir quelle suite il donnera à votre dossier : votre âge, vos ressources, vos biens, le montant de vos crédits en cours… Car le prêt de restructuration, même s’il peut rendre l’endettement plus supportable, reste avant tout un crédit et reste soumis à conditions. Par conséquent, difficile d’en bénéficier pour toute personne inscrite sur le fichier national des incidents de remboursement de crédits aux particuliers (FICP) ou fichée par la Banque de France. De la même façon, votre dossier a peu de chance d’aboutir si le montant de chaque mensualité dépasse le tiers de vos revenus nets. Vous avez aussi généralement toutes les chances d’essuyer un refus si vos revenus mensuels ne dépassent pas les 1 500 euros. Cependant, dans quelques cas, il peut arriver que certains organismes acceptent malgré tout ce rachat de crédits, moyennant une garantie hypothécaire (votre maison sert en quelque sorte de caution, par exemple, en cas de défaillance de paiement) pour les particuliers. Pour les locataires, le dossier peut aussi prévoir une hypothèque (à l’exception des cas particuliers venant d’être traités) du bien immobilier d’un tiers, sur l’accord de celui-ci bien entendu. Par ailleurs, il faut également savoir que le montant du prêt ne doit généralement pas dépasser les 80 % de la valeur de ce bien pour que l’hypothèque soit acceptée. Enfin, sachez que ce prêt doit être amorti, au plus tard, entre le quatre-vingtième et le quatre-vingt-dixième anniversaire du souscripteur.

Quelques conseils

En premier lieu, n’hésitez pas à faire jouer la concurrence. Comme nous venons de le voir, les offres de rachat de crédits peuvent être multiples et variées. Par conséquent, il ne faut pas hésiter à adresser diverses demandes de simulation auprès de plusieurs sociétés et opter pour celle qui vous semble la plus avantageuse. Avant de vous décider, regardez bien si le coût total supplémentaire du nouveau crédit, découlant d’un amortissement plus long, vaut le coup par rapport au gain financier mensuel ainsi réalisé. N’hésitez pas non plus à aller frapper à la porte d’autres banques que la vôtre qui, pour capter un nouveau client, sont parfois prêtes à vous consentir de nombreux avantages. Faites en outre attention à la question de savoir si les conditions d’offre du contrat prévoient un taux d’intérêt fixe ou non, une hypothèque ou non. Par ailleurs, ne payez aucune avance à l’intermédiaire bancaire en cas de demande de simulation de rachat de crédits, celle-ci est légalement gratuite. Enfin, en cas de démarchage, n’hésitez pas à réclamer à l’IOB sa carte professionnelle de démarcheur, cela pourra vous éviter d’avoir affaire à certaines officines illégales.

Restez vigilant

Si vous vous apprêtez à souscrire à ce genre de contrat, gardez bien à l’esprit que, même s’ils peuvent s’avérer être une solution adéquate pour prévenir le surendettement, ces crédits restent avant tout des emprunts pour rembourser d’autres emprunts et ils ne gomment en aucun cas votre dette. Le crédit en général, et ce genre de crédit en particulier, ne doit pas devenir une habitude, auquel cas vous risqueriez au contraire de vous plonger dans un gouffre et crouler sous les dettes : emprunter pour pouvoir payer d’autres emprunts.

Publicités

En mémoire de Spot