Les vertus cachées du café

Il fait partie de notre quotidien, mais il n’a pas toujours bonne réputation. Pourtant, le café contient des trésors insoupçonnés. Mise au point.

5,58, c’est, en kilos, la quantité annuelle de café consommée par personne en France.

café

Robusta ou arabica, il n’y a pas de différence

Faux : ce sont des variétés de café toutes deux originaires d’Afrique, d’Amérique du Sud ou d’Asie, mais dont la teneur en caféine diffère. Plus doux, plus riche en arômes, mais aussi plus cher, l’arabica contient deux fois moins de caféine que le robusta. Ces différences peuvent orienter votre choix. La teneur en caféine dépend aussi du mode d’extraction. Plus elle est lente, plus le café est riche en caféine. Le café filtre est donc plus riche en caféine que le café instantané (que l’on mélange directement avec de l’eau), et plus encore que l’expresso.

La caféine empêche de se concentrer

Faux : outre sa capacité à augmenter la vigilance et la concentration, la caféine semble aussi influer sur la vascularisation cérébrale en contribuant à soulager les maux de tête. Une étude américaine (The Journal of Nutrition, avril 2014) démontre, surtout chez les plus de 70 ans, ses effets bénéfiques sur la mémoire et l’attention. Toutefois, chacun réagit différemment. Certains peuvent en boire cinq tasses par jour sans signe de nervosité, d’autres ressentent de l’anxiété au-delà de deux tasses. C’est aussi un maximum à ne pas dépasser pour les femmes enceintes ou allaitantes.

Le café aide à bien digérer après un repas

Faux : certaines personnes ont l’impression que le café facilite leur transit intestinal. Ce n’est pas prouvé. Et l’affirmation selon laquelle le café au lait serait moins digeste en raison de la coagulation du lait est également sans fondement scientifique. Ce qui n’exclut pas les intolérances individuelles.

Le café soulage les douleurs

Vrai : grâce à son action antalgique et anti-inflammatoire, la caféine soulage les contractures musculaires, les douleurs dentaires et les règles douloureuses. Les chercheurs ont par ailleurs démontré que la caféine renforce l’effet des médicaments antalgiques. Il est donc conseillé d’avaler un comprimé de paracétamol ou d’ibuprofène avec un café.

Une tasse de café augmente la pression artérielle

Faux : si la caféine augmente la pression artérielle, cet effet est contrebalancé par les antioxydants qui ont un effet hypotenseur. Ces deux actions s’équilibrent donc. Par ailleurs, il est démontré que trois tasses de café par jour contribuent à protéger des maladies cardiovasculaires, comme l’infarctus et l’AVC grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes, et du diabète de type 2.

Le café aide à lutter contre le vieillissement des cellules

Vrai : c’est la boisson la plus riche en antioxydants. Mais le café contient aussi de la caféine, des sucres insolubles, des graisses sans calorie, des minéraux (potassium, magnésium…), des vitamines (surtout B3)… En tout plus de 1000 substances. Le décaféiné a une composition similaire sauf pour la caféine présente seulement sous forme de traces. Autrefois, cette caféine était extraite avec des solvants qui laissaient des résidus chimiques. Il n’y a plus aucun risque aujourd’hui, car la caféine est à présent extraite avec de l’eau et du dioxyde de carbone (CO2).

Le café protège de certains cancers

Vrai : de nombreuses études ont démontré que le café diminue le risque de développer un cancer du foie, du côlon-rectum, du sein, de l’endomètre, de la prostate et même de la peau, pour des consommations d’une à trois tasses par jour. Cet effet protecteur est lié aux antioxydants (polyphénols et diterpènes) et, dans une moindre mesure, à la caféine. Les diterpènes réduisent la mutation des cellules saines en cellules cancérigènes, la formation des tumeurs et les dommages au niveau de l’ADN. En revanche, boire du café n’a aucune influence sur le développement de tumeurs cancéreuses déjà présentes du pancréas, de l’estomac, du rein, du larynx ou encore de la vessie.

En mémoire de Spot